— 264 —
      PH. Goropiser? Que veut dire cela?
      TH. C'est que les Etymologies etranges et souvent ridicules de Goropius
Becanus, savant Médecin de 16me Siecle, ont passé en proverbe,
bien qu'autrement il n'ait pas eu trop de tort de pretendre que la langue
Germanique, qu'il appelle Cimbrique, a autant et plus de marques de
quelque chose de primitif que d'Hebraïque même. Je me souviens que feu
Mons. Claubergius, philosophe excellent, a donné un petit Essai sur les
origines de la langue Germanique, qui fait regretter la perte de ce qu'il
avoit promis sur ce sujet. J'y ay donné moy même quelques pensées,
outre que j'avois porté feu M. Gerardus Meierus, Theologien de Breme, à
y travailder, comme il a fait, mais la mort l'a interrompu. J'espère pourtant
que le public en profitera encor un jour, aussi bien que des travaux
semblables de M. Schilter, jurisconsulte celebre à Strasbourg, mais qui
vient de mourir aussi. Il est seur au moins que la langue et des antiquités
Teutoniques entrent dans la pluspart des recherches des origines,
coustumes et antiquités Europeennes. Et je souhaiterois que des savans
hommes en fissent autant dans les langues Wallienne, Biscayenne, Slavonique,
Finnoise, Turque, Persanne Armenienne, Georgienne et autres, pour
— 265 —
en mieux découvrir l'harmonie, qui serviroit particulierement, comme je
viens de dire, à eclaircir l'origine des Nations.]
Leibniz NEs III, 2, §1, 264-265