— 63 —
M. Cudworth, grand Philosophe et Theologien anglois, Auteur du systeme
intellectuel, dont elle a herité l'esprit de meditation et d'amour de belles
connoissances, qui paroit particulierement par amitié qu'elle entretient
avec auteur de l'Essay. Et comme il a eté attaqué par quelques Docteurs
de merite, j'ay pris plaisir à lire aussi l'apologie, qu'une Demoiselle fort
sage et fort spirituelle a faite pour luy, outre celles qu'il a faites luy
même. Cet Auteur est assés dans le Systeme de M. Gassendi, qui est
dans le fonds celuy de Democrite; il est pour le vuide et pour les Atomes;
il croit que la matiere pourroit penser; qu'il n'y a point d'idées innées;
que nôtre esprit est tabula rasa, et que nous ne pensons pas tousjours:
et il paroit d'humeur à approuver la plus grande partie des objections
que M. Gassendi a faites à M. Descartes. Il a enrichi et renforcé ce
Systeme par mille belles reflexions; et je ne doute point que maintenant
nostre parti ne triomphe hautement de ses adversaires, les Peripateticiens
et les Cartesiens. C'est pourquoy, si vous n'avés pas encor lû ce livre
je vous y invite, et si vous l'avés lû, je vous supplie de m'en dire votre
sentiment.
      [Unknown rendering: smcap] THEOPHILE [End rendering] . Je me rejouis de vous voir de retour apres une longue
absence, heureux dans la conclusion de votre importante affaire, plein de
santé, ferme dans l'amitié pour moy, et tousjours porté avec une ardeur
egale à la recherche des plus importantes verités. Je n'ay pas moins
continué mes meditations dans le même esprit, et je crois d'avoir profité
aussi autant et peutestre plus que vous, si je ne me flatte pas. Aussi en
avois je plus besoin que vous, car vous estiés plus avancé que moy. Vous
aviés plus de commerce avec les Philosophes speculatifs, et j'avois plus
de penchant vers la morale. Mais j'ay appris de plus en plus combien
la morale reçoit d'affermissement des principes solides de la veritable
Philosophie, c'est pourquoy je les ay etudiés depuis avec plus d'application,
et je suis entré dans des méditations assez nouvelles. De sorte que nous
aurons de quoy nous donner un plaisir reciproque de longue durée en
communiquant l'un à l'autre nos éclaircissemens. Mais il faut que je vous
dise pour nouvelle, que je ne suis plus Cartésien, et que cependant je
suis eloigné plus que jamais de vostre Gassendi, dont je reconnois d'ailleurs
le savoir et le merite. J'ay esté frappé d'un nouveau Système, dont j'ay
lû quelque chose dans des Journaux des Savans de Paris, de Leipzic et
de Hollande, et dans le merveilleux Dictionnaire de M. Bayle, article de
Leibniz NEs 63