— 14 —
      Tout ce que i'ay receu iusqu'à present pour le plus vray et
assuré, ie l'ay appris des sens, ou par les sens: or i'ay quelquefois
éprouvé que ces sens estoient trompeurs, et il est de la prudence de
ne se fier iamais entierement à ceux qui nous ont une fois trompez.
      Mais, encore que les sens nous trompent quelquefois, touchant les
choses peu sensibles et fort éloignées, il s'en rencontre peut-estre
beaucoup d'autres, desquelles on ne peut pas raisonnablement
douter, quoy que nous les connoissions par leur moyen: par
exemple, que ie sois icy, assis auprés du feu, vestu d'une robe de
chambre, ayant ce papier entre les mains, et autres choses de cette
nature. Et comment est-ce que ie pourrois nier que ces mains
et ce corps-cy soient à moy? si ce n'est peut-estre que ie me compare
à ces insensez, de qui le cerveau est tellement troublé et
offusqué par les noires vapeurs de la bile, qu'ils assurent constamment
qu'ils sont des roys, lorsqu'ils sont tres-pauvres; qu'ils sont
vestus d'or et de pourpre, lorsqu'ils sont tout nuds; ou s'imaginent
estre des cruches, ou avoir un corps de verre. Mais quoy? Ce sont
des fous, et ie ne serois pas moins extravagant, si ie me reglois sur
leurs exemples.
Descartes Meds 14