— 13 —
      Il y a desia quelque temps que ie me suis apperceu que, dés mes
premieres années, i'avois receu quantité de fausses opinions pour
veritables, et que ce que i'ay depuis fondé sur des principes si mal
assurez, ne pouvoit estre que fort douteux et incertain; de façon
qu'il me falloit entreprendre serieusement une fois en ma vie de me
defaire de toutes les opinions que i'avois receuës iusques alors en
ma creance, et commencer tout de nouveau dés les fondemens, si
ie voulois establir quelque chose de ferme et de constant dans les
sciences. Mais cette entreprise me semblant estre fort grande, i'ay
attendu que i'eusse atteint un âge qui fust si meur, que ie n'en
pusse esperer d'autre aprés luy, auquel ie fusse plus propre à l'executer;
ce qui m'a fait differer si long-temps, que desormais ie croirois
commettre une faute, si i'employois encore à deliberer le
temps qui me reste pour agir.
Descartes Meds 13