— 479 —
article CCI.
Qu'il y a deux sortes de Colere, et que ceux qui ont
le plus de bonté, sont les plus sujets à la premiere.
Cecy nous avertit qu'on peut distinguer deux
especes de Colere: l'une qui est fort prompte, et se
manifeste fort à l'exterieur, mais neantmoins qui a peu
d'effect et peut facilement estre appaisée; l'autre qui
ne paroist pas tant à l'abord, mais qui ronge davantage
le coeur et qui a des effets plus dangereux. Ceux qui
ont beaucoup de bonté et beaucoup d'Amour, sont les
plus sujets à la premiere. Car elle ne vient pas d'une
profonde Haine, mais d'une prompte aversion qui les
surprent, à cause qu'estant portez à imaginer, que
toutes choses doivent aller en la façon qu'ils jugent
estre la meilleure, sitost qu'il en arrive autrement, ils
l'admirent, et s'en offencent, souvent mesme sans que
la chose les touche en leur particulier: à cause
qu'ayant beaucoup d'affection, ils s'interessent pour
— 480 —
ceux qu'ils ayment, en mesme façon que pour eux
mesmes. Ainsi ce qui ne seroit qu'un sujet d'Indignation
pour un autre, est pour eux un sujet de
Colere. Et pource que l'inclination qu'ils ont à aymer,
fait qu'ils ont beaucoup de chaleur et beaucoup de
sang dans le coeur, l'aversion qui les surprend ne peut
y pousser si peu de bile, que cela ne cause d'abord une
grande emotion dans ce sang. Mais cette emotion ne
dure gueres, à cause que la force de la surprise ne continuë
pas; et que si tost qu'ils s'aperçoivent que le sujet
qui les a faschez, ne les devoit pas tant emouvoir, ils
s'en repententa.
Descartes Pas 479-480