— 464 —
article CLXXVII.
Du Remors.
Le Remors de conscience est une espece de Tristesse,
qui vient du doute qu'on a qu'une chose qu'on fait, ou
qu'on a faite, n'est pas bonne. Et il presuppose necessairement
le doute. Car si on estoit entierement assuré
que ce qu'on fait fust mauvais, on s'abstiendroit de le
faire; d'autant que la volonté ne se porte qu'aux choses
qui ont quelque apparence de bonté. Et si on estoit
assuré que ce qu'on a desja fait fût mauvais, on en
auroit du repentir, non pas seulement du Remors. Or
l'usage de cette Passion est de faire qu'on examine si la
chose dont on doute est bonne ou non, et d'empescher
qu'on ne la face une autre fois, pendant qu'on n'est
pas assuré qu'elle soit bonne. Mais pource qu'elle presuppose
le mal, le meilleur seroit qu'on n'eust jamais
sujet de la sentir; et on la peut prevenir par les mesmes
moyens, par lesquels on se peut exempter de l'Irresolution.
Descartes Pas 464