— 453 —
article CLXI.
Comment la Generosité peut estre acquise.
Et il faut remarquer que ce qu'on nomme communement
des vertus, sont des habitudes en l'ame qui la
disposent à certaines pensées, en sorte qu'elles sont
differentes de ces pensées, mais qu'elles les peuvent
produire, et reciproquement estre produites par elles.
Il faut remarquer aussi que ces pensées peuvent estre
produites par l'ame seule, mais qu'il arrive souvent
que quelque mouvement des esprits les fortifie, et que
pour lors elles sont des actions de vertu, et ensemble
des Passions de l'ame. Ainsi encore qu'il n'y ait
point de vertu, à laquelle il semble que la bonne naissance
contribuë tant, qu'à celle qui fait qu'on ne s'estime
que selon sa juste valeur; et qu'il soit aysé à croyre,
que toutes les ames que Dieu met en nos corps, ne
sont pas egalement nobles et fortes (ce qui est cause
que j'ay nommé cette vertu Generosité, suivant l'usage
de nostre langue, plutost que Magnanimité, suivant
l'usage de l'Escole, où elle n'est pas fort connuë): il
est certain neantmoins que la bonne institution sert
beaucoup, pour corriger les defauts de la naissance; et
que, si on s'occupe souvent à considerer ce que c'est
— 454 —
que le libre arbitre, et combien sont grands les avantages
qui vienent de ce qu'on a une ferme resolution
d'en bien user, comme aussi, d'autre costé, combien
sont vains et inutiles tous les soins qui travaillent
les ambitieux: on peut exciter en soy la Passion, et
ensuite acquerir la vertu de Generosité, laquelle estant
comme la clef de toutes les autres vertus, et un remede
general contre tous les dereglemens des Passions, il
me semble que cette consideration merite bien d'estre
remarquée.
Descartes Pas 453-454