— 433 —
article CXL.
De la Haine.
La Haine, au contraire, ne sçauroit estre si petite
qu'elle ne nuise; et elle n'est jamais sans Tristesse. Ie
dis qu'elle ne sçauroit estre trop petite, à cause que
nous ne sommes incitez à aucune action par la Haine
du mal, que nous ne le puissions estre encore mieux
par l'Amour du bien auquel il est contraire: au moins
lors que ce bien et ce mal sont assez connus. Car
j'avouë que la Haine du mal qui n'est manifesté que
par la douleur, est necessaire au regard du corps;
mais je ne parle icy que de celle qui vient d'une connoissance
plus claire, et je ne la rapporte qu'à l'ame.
Ie dis aussi qu'elle n'est jamais sans Tristesse, à cause
que, le mal n'estant qu'une privation, il ne peut estre
conceu sans quelque sujet reel dans lequel il soit; et il
n'y a rien de reel qui n'ait en soy quelque bonté, de
façon que la Haine qui nous éloigne de quelque mal,
nous éloigne par mesme moyen du bien auquel il est
joint, et la privation de ce bien, estant representée à
nostre ame comme un defaut qui luy appartient,
excite en elle la Tristesse. Par exemple, la Haine qui
nous éloigne des mauvaises moeurs de quelqu'un, nous
éloigne par mesme moyen de sa conversation, en
laquelle nous pourrions sans cela trouver quelque
bien, duquel nous sommes faschez d'estre privez. Et
ainsi en toutes les autres Haines, on peut remarquer
quelque sujet de Tristesse.
Descartes Pas 433