— 426 —
article CXXXIII.
Pourquoy les enfans et les vieillards pleurent aysement.
Les enfans et les vieillards sont plus enclins à
pleurer, que ceux du moyen aage, mais c'est pour
diverses raisons. Les vieillards pleurent souvent d'affection
et de joye: car ces deux passions jointes
ensemble, envoyent beaucoup de sang à leur coeur, et
de là beaucoup de vapeurs à leurs yeux; et l'agitation
de ces vapeurs est tellement retardée par la froideur
de leur naturel, qu'elles se convertissent aysement en
larmes, encore qu'aucune Tristesse n'ait precedé. Que
si quelques vieillards pleurent aussi fort aysement de
fascherie, ce n'est pas tant le temperament de leur
corps, que celuy de leur esprit qui les y dispose. Et
cela n'arrive qu'à ceux qui sont si foibles, qu'ils se
laissent entierement surmonter par de petits sujets de
douleur, de crainte ou de pitié. Le mesme arrive aux

— 427 —
enfans, lesquels ne pleurent gueres de Ioye, mais bien
plus de Tristesse, mesme quand elle n'est point accompagnée
d'Amour; car ils ont tousjours assez de sang
pour produire beaucoup de vapeurs, le mouvement
desquelles estant retardé par la Tristesse, elles se convertissent
en larmes.

Descartes Pas 426-427