— 418 —
article CXXII.
De la Pasmoison.
La Pasmoison n'est pas fort éloignée de la mort. Car
on meurt lors que le feu qui est dans le coeur s'esteint
tout à fait; et on tombe seulement en pasmoison, lors
qu'il est étouffé en telle sorte qu'il demeure encore
quelques restes de chaleur, qui peuvent par apres le
rallumer. Or il y a plusieurs indispositions du corps,
qui peuvent faire qu'on tombe ainsi en defaillance;
mais entre les passions il n'y a que l'extreme Ioye,
qu'on remarque en avoir le pouvoir. Et la façon dont
je croy qu'elle cause cet effect, est qu'ouvrant extraordinairement
les orifices du coeur, le sang des venes y
entre si à coup et en si grande quantité, qu'il n'y peut
estre rarefié par la chaleur assez promptement, pour
lever les petites peaux qui ferment les entrées de ces
venes: au moyen de quoy il étouffe le feu, lequel il a
coustume d'entretenir, lors qu'il n'entre dans le coeur
que par mesure.
Descartes Pas 418