— 379 —
article LXVIII.
Pourquoy ce denombrement des Passions est different
de celuy qui est communement receu.
Voyla l'ordre qui me semble estre le meilleur pour
denombrer les Passions. En quoy je sçay bien que
je m'éloigne de l'opinion de tous ceux qui en ont cy
devant escrit. Mais ce n'est pas sans grande raison.
Car ils tirent leur denombrement de ce qu'ils distinguent
en la partie sensitive de l'ame deux appetits,
qu'ils nomment, l'un Concupiscible, l'autre Irascible.
Et pour ce que je ne connois en l'ame aucune distinction
de parties, ainsi que j'ai dit cy dessusa, cela me
semble ne signifier autre chose, sinon qu'elle a deux
facultez, l'une de desirer, l'autre de se fascher; et à
cause qu'elle a en mesme façon les facultez d'admirer,
d'aymer, d'esperer, de craindre, et ainsi de recevoir en
soy chacune des autres passions, ou de faire les actions
ausquelles ces passions la poussent, je ne voy pas
pourquoy ils ont voulu les rapporter toutes à la Concupiscence
ou à la Colere. Outre que leur denombrement
ne comprent point toutes les principales passions,
comme je croy que fait cetuy-cy. Ie parle
seulement des principales, à cause qu'on en pourroit
encore distinguer plusieurs autres plus particulieres,
et leur nombre est indefini.
Descartes Pas 379