— 9 —
ABREGÉ
DES SIX MÉDITATIONS SUIVANTES

      Dans la premiere, ie mets en avant les raisons pour lesquelles nous
pouvons douter generalement de toutes choses, et particulierement des
choses materielles, au moins tant que nous n'aurons point d'autres
fondemens dans les sciences que ceux que nous avons eu iusqu'à present.
Or, bien que l'utilité d'un doute si general ne paroisse pas d'abord,
elle est toutesfois en cela tres-grande, qu'il nous délivre de toutes sortes
de préjugez, et nous prepare un chemin tres-facile pour accoûtumer
nostre esprit à se détacher des sens, et enfin, en ce qu'il fait qu'il n'est
pas possible que nous ne puissions plus avoir aucun doute, de ce que nous
découvrirons aprés estre veritable.

Descartes Meds 9