— 359 —
article XLI.
Quel est le pouvoir de l'ame au regard du corps.
Mais la volonté est tellement libre de sa nature,
qu'elle ne peut jamais estre contrainte: et des deux
sortes de pensees que j'ay distinguées en l'ame, dont
les unes sont ses actions, à sçavoir ses volontez, les
autres ses passions, en prenant ce mot en sa plus
generale signification, qui comprend toutes sortes de
perceptions: les premieres sont absolument en son
pouvoir, et ne peuvent qu'indirectement estre changées
par le corps: comme, au contraire, les dernieres
dependent absolument des actions qui les produisent,
et elles ne peuvent qu'indirectement estre changées
— 360 —
par l'ame, excepté lors qu'elle est elle mesme leur
cause. Et toute l'action de l'ame consiste en ce que, par
cela seul qu'elle veut quelque chose, elle fait que la
petite glande, à qui elle est estroitement jointe, se
meut en la façon qui est requise pour produire l'effect
qui se raporte à cette volonté.
Descartes Pas 359-360