— 356 —
article XXXVI.
Exemple de la façon que les Passions
sont excitées en l'ame.
Et outre cela, si cette figure est fort estrange et fort
effroyable, c'est à dire, si elle a beaucoup de raport
avec les choses qui ont esté auparavant nuisibles au
corps, cela excite en l'ame la passion de la crainte, et
en suite celle de la hardiesse, ou bien celle de la peur
et de l'espouvante, selon le divers temperament du
corps, ou la force de l'ame, et selon qu'on s'est auparavant
garenti, par la defense ou par la fuite, contre
les choses nuisibles ausquelles l'impression presente
a du raport. Car cela rend le cerveau tellement disposé
en quelques hommes, que les esprits refleschis
de l'image ainsi formée sur la glande, vont de là se
rendre, partie dans les nerfs qui servent à tourner
le dos et remuer les jambes pour s'en fuïr, et partie
en ceux qui eslargissent ou estrecissent tellement les
orifices du coeur, ou bien qui agitent tellement les
autres parties d'où le sang luy est envoyé, que, ce
sang y estant rarefié d'autre façon que de coustume,
il envoye des esprits au cerveau qui sont propres à
— 357 —
entretenir et fortifier la passion de la peur, c'est à dire
qui sont propres à tenir ouverts, ou bien à ouvrir
derechef, les pores du cerveau qui les conduisent dans
les mesmes nerfs. Car de cela seul que ces esprits
entrent en ces pores, ils excitent un mouvement particulier
en cette glande, lequel est institué de la nature,
pour faire sentir à l'ame cette passion. Et pource que
ces pores se raportent principalement aux petits
nerfs, qui servent à reserrer ou eslargir les orifices
du coeur, cela fait que l'ame la sent principalement
comme dans le coeur.
Descartes Pas 356-357