— 351 —
article XXX.
Que l'ame est unie à toutes les parties
du corps conjointement.
Mais, pour entendre plus parfaitement toutes ces
choses, il est besoin de sçavoir, que l'ame est veritablement
jointe à tout le corps, et qu'on ne peut pas proprement
dire qu'elle soit en quelcune de ses parties,
à l'exclusion des autres, à cause qu'il est un, et en
quelque façon indivisible, à raison de la disposition de
ses organes, qui se raportent tellement tous l'un à
l'autre, que lors que quelcun d'eux est osté, cela rend
tout le corps defectueux; et à cause qu'elle est d'une
nature qui n'a aucun raport à l'estendue, ny aux dimensions,
ou autres proprietez de la matiere dont le corps
est composé, mais seulement à tout l'assemblage de ses
organes. Comme il paroist, de ce qu'on ne sçauroit
aucunement concevoir la moitié ou le tiers d'une
ame, ny quelle estendue elle occupe, et qu'elle ne
devient point plus petite de ce qu'on retranche quelque
partie du corps, mais qu'elle s'en separe entierement,
lors qu'on dissout l'assemblage de ses organes.
Descartes Pas 351