— 349 —
article XXVIII.
Explication de la premiere partie de cette definition.
On les peut nommer des perceptions, lors qu'on se
sert generalement de ce mot, pour signifier toutes les
pensées qui ne sont point des actions de l'ame, ou des
volontez; mais non point lors qu'on ne s'en sert que
pour signifier des connoissances evidentes. Car l'experience
fait voir que ceux qui sont les plus agitez par
leurs passions, ne sont pas ceux qui les connoissent le
— 350 —
mieux, et qu'elles sont du nombre des perceptions que
l'estroite alliance qui est entre l'ame et le corps rend
confuses et obscures. On les peut aussi nommer des
sentimens, à cause qu'elles sont receuës en l'ame en
mesme façon que les objets des sens exterieurs, et ne
sont pas autrement connuës par elle. Mais on peut
encore mieux les nommer des émotions de l'ame, non
seulement à cause que ce nom peut estre attribué à
tous les changemens qui arrivent en elle, c'est à dire
à toutes les diverses pensées qui luy vienent, mais
particulierement pource que, de toutes les sortes de
pensées qu'elle peut avoir, il n'y en a point d'autres
qui l'agitent et l'esbranlent si fort que font ces passions.
Descartes Pas 349-350