— 341 —
article XVI.
Comment tous les membres peuvent estre meus par les objets
des sens, et par les esprits, sans l'ayde de l'ame.
En fin il faut remarquer que la machine de nostre
corps est tellement composée, que tous les changemens
qui arrivent au mouvement des esprits, peuvent
faire qu'ils ouvrent quelques pores du cerveau
plus que les autres; et reciproquement que, lors que
quelcun de ces pores est tant soit peu plus ou moins
ouvert que de coustume, par l'action des nerfs qui
servent au sens, cela change quelque chose au mouvement
des esprits, et fait qu'ils sont conduits dans
les muscles qui servent à mouvoir le corps, en la façon
qu'il est ordinairement meu à l'occasion d'une telle
action. En sorte que tous les mouvemens que nous
faisons sans que nostre volonté y contribuë (comme il
arrive souvent que nous respirons, que nous marchons,
que nous mangeons, et enfin que nous faisons toutes
les actions qui nous sont communes avec les bestes), ne
dépendent que de la conformation de nos membres,
— 342 —
et du cours que les esprits excitez par la chaleur du
coeur suivent naturellement dans le cerveau, dans les
nerfs et dans les muscles: en mesme façon que le
mouvement d'une montre est produit par la seule force
de son ressort et la figure de ses rouës.
Descartes Pas 341-342