— 71 —
Mais lorsque i'aperçoy
des choses dont ie connois distinctement et le lieu d'où elles
viennent, et celuy où elles sont, et le temps auquel elles m'aparoissent
et que, sans aucune interruption, ie puis lier le sentiment
que i'en ay, avec la suitte du reste de ma vie, ie suis entierement
assuré que ie les apperçoy en veillant, et non point dans le sommeil.
Et ie ne dois en aucune façon douter de la verité de ces choses-là,
— 72 —
si, apres avoir appelé tous mes sens, ma memoire et mon entendement
pour les examiner, il ne m'est rien rapporté par aucun d'eux,
qui ait de la repugnance avec ce qui m'est raporté par les autres.
Car de ce que Dieu n'est point trompeur, il suit necessairement que
ie ne suis point en cela trompé.
      Mais parce que la necessité des affaires nous oblige souvent à
nous déterminer, avant que nous ayons eu le loisir de les examiner
si soigneusement, il faut avoüer que la vie de l'homme est sujette
à faillir fort souvent dans les choses particulieres, et enfin il faut
reconnoistre l'infirmité et la foiblesse de nostre nature.
Descartes Meds 71-72