— 62 —
      Davantage, ie trouve en moy des facultez de penser toutes particulieres,
et distinctes de moy, à sçavoir les facultez d'imaginer
et de sentir, sans lesquelles ie puis bien me concevoir clairement et
distinctement tout entier, mais non pas elles sans moy, c'est à dire
sans une substance intelligente à qui elles soient attachées. Car dans
la notion que nous avons de ces facultez, ou (pour me servir des
termes de l'école) dans leur concept formel, elles enferment quelque
sorte d'intellection: d'où ie conçoy qu'elles sont distinctes de moy,
comme les figures, les mouvemens, et les autres modes ou accidens
des corps, le sont des corps mesmes qui les soutiennent.
Descartes Meds 62