— 121 §82 —
      (82) Quant aux Esprits, ou Ames raisonnables, quoique
je trouve qu'il y a dans le fond la même chose dans
tous les vivans et animaux, comme nous venons de dire;
(sçavoir que l'Animal et l'Ame ne commencent qu'avec le
Monde, et ne finissent pas non plus que le Monde), il y a
pourtant cela de particulier dans les Animaux raisonnables,
que leurs petits Animaux Spermatiques, tant qu'ils ne sont
que cela, ont seulement des Ames ordinaires ou sensitives;
mais dès que ceux qui sont elûs, pour ainsi dire, parviennent
par une actuelle conception à la nature humaine,
leurs ames sensitives sont elevées au degré de la raison et
à la prerogative des Esprits.
Leibniz Mon 121 §82