— 117 §76 —
      (76) Mais ce n'étoit que la moitié de la vérité: j'ai
donc jugé que, si l'animal ne commence jamais naturellement,
il ne finit pas naturellement non plus; et que non
seulement il n'y aura point de generation, mais encore
point de destruction entière, ni mort prise à la rigueur. Et
ces raisonnemens faits á posteriori et tirés des experiences
s'accordent parfaitement avec mes principes deduits
á priori comme ci-dessus.
Leibniz Mon 117 §76