— 327 —
LES PASSIONS
DE L'AME

PREMIERE PARTIE

Des passions en general:
Et par occasion, de toute la nature de l'homme

article i.
Que ce qui est Passion au regard d'un sujet, est tousiours
Action à quelque autre égard.

      Il n'y a rien en quoy paroisse mieux combien les
sciences que nous avons des Anciens sont defectueuses,
qu'en ce qu'ils ont escrit des Passions. Car bien que
ce soit une matiere dont la connoissance a tousiours
esté fort recherchée; et qu'elle ne semble pas estre des
plus difficiles, à cause que, chacun les sentant en soy
mesme, on n'a point besoin d'emprunter d'ailleurs
aucune observation pour en decouvrir la nature: toutesfois
ce que les Anciens en ont enseigné est si peu de
chose, et pour la plus part si peu croyable, que je ne
— 328 —
puis avoir aucune esperance d'approcher de la verité,
qu'en m'éloignant des chemins qu'ils ont suivis. C'est
pourquoy je seray obligé d'escrire icy en mesme façon,
que si je traitois d'une matiere que jamais personne
avant moy n'eust touchée. Et pour commencer, je considere
que tout ce qui se fait ou qui arrive de nouveau,
est generalement appellé par les Philosophes une Passion
au regard du sujet auquel il arrive, et une Action
au regard de celuy qui fait qu'il arrive. En sorte que,
bien que l'agent et le patient soient souvent fort differens,
l'Action et la Passion ne laissent pas d'estre tousjours
une mesme chose, qui a ces deux noms, à raison
des deux divers sujets ausquels on la peut raporter.
Descartes Pas 327-328