— 51 —
      Et ie n'ay que faire icy de m'obiecter, que peut-estre cette idée
du triangle est venuë en mon esprit par l'entremise de mes sens,
parce que i'ay veu quelquefois des corps de figure triangulaire;
car ie puis former en mon esprit une infinité d'autres figures, dont
on ne peut avoir le moindre soupçon que iamais elles me soient
tombées sous les sens, et ie ne laisse pas toutesfois de pouvoir demonstrer
diverses proprietez touchant leur nature, aussi bien que
touchant celle du triangle: lesquelles certes doivent estre toutes
vrayes, puisque ie les conçoy clairement. Et partant elles sont
quelque chose, et non pas un pur neant; car il est tres-evident que
tout ce qui est vray est quelque chose, et i'ay desia amplement demonstré
cy-dessus que toutes les choses que ie connois clairement et
— 52 —
distinctement sont vrayes. Et quoy que ie ne l'eusse pas demonstré,
toutesfois la nature de mon esprit est telle, que ie ne me sçaurois
empescher de les estimer vrayes, pendant que ie les conçoy clairement
et distinctement. Et ie me ressouviens que, lors mesme que
i'estois encore fortement attaché aux objects des sens, i'avois tenu
au nombre des plus constantes veritez celles que ie concevois clairement
et distinctement touchant les figures, les nombres, et les
autres choses qui appartiennent à l'Arithmetique et a la Geometrie.
Descartes Meds 51-52