— 51 —
      Et ce que ie trouve icy de plus considerable, est que ie trouve
en moy une infinité d'idées de certaines choses, qui ne peuvent pas
estre estimées un pur neant, quoy que peut-estre elles n'ayent aucune
existance hors de ma pensée, et qui ne sont pas feintes par
moy, bien qu'il soit en ma liberté de les penser ou ne les penser
pas; mais elles ont leurs natures vrayes et immuables. [>]
Descartes Meds 51