— 48 —
Et enfin ie ne dois pas aussi me plaindre, de ce que Dieu
concourt avec moy pour former les actes de cette volonté, c'est à
dire les iugemens dans lesquels ie me trompe, parce que ces actes-là
sont entierement vrays, et absolument bons, en tant qu'ils dependent
de Dieu; et il y a en quelque sorte plus de perfection en
ma nature, de ce que ie les puis former, que si ie ne le pouvois pas.
Pour la privation, dans laquelle seule consiste la raison formelle de
l'erreur et du peché, elle n'a besoin d'aucun concours de Dieu,
puisque ce n'est pas une chose ou un estre, et que, si on la rapporte
à Dieu comme à sa cause, elle ne doit pas estre nommée privation,
mais seulement negation, selon la signification qu'on donne à ces
mots dans l'Eschole.
Descartes Meds 48