— 109 §63 —
      (63) Le corps appartenant à une Monade qui en est
l'Entelechie ou l'Ame; constitue avec l'Entelechie ce qu'on
peut appeller un vivant, et avec l'Ame ce qu'on appelle un
Animal. Or ce corps d'un vivant ou d'un Animal est toûjours
organique; car toute Monade étant un miroir, de
l'univers à sa mode, et l'univers étant reglé dans un ordre
parfait, il faut qu'il y ait aussi un ordre dans le representant,
c'est a dire, dans les perceptions de l'ame, et par
consequent dans le corps, suivant lequel l'univers y est
representé.
Leibniz Mon 109 §63