— 44 —
      De plus il me tombe encore en l'esprit, qu'on ne doit pas considerer
une seule creature separement, lorsqu'on recherche si les
ouvrages de Dieu sont parfaits, mais generalement toutes les creatures
ensemble. Car la mesme chose qui pourroit peut-estre avec
quelque sorte de raison sembler fort imparfaite, si elle estoit toute
seule, se rencontre tres-parfaite en sa nature, si elle est regardée
comme partie de tout cét Univers. Et quoy que, depuis que i'ay fait
dessein de douter de toutes choses, ie n'ay connu certainement
que mon existence et celle de Dieu, toutesfois aussi, depuis que i'ay
reconnu l'infinie puissance de Dieu, ie ne sçaurois nier qu'il n'ait
produit beaucoup d'autres choses, ou du moins qu'il n'en puisse
produire, en sorte que i'existe et sois placé dans le monde, comme
faisant partie de l'univers(al)ité de tous les estres.
Descartes Meds 44