— 44 —
      Considerant cela avec plus d'attention, il me vient d'abord en la
pensée que ie ne me dois point estonner, si mon intelligence n'est
pas capable de comprendre pourquoy Dieu fait ce qu'il fait, et
qu'ainsi ie n'ay aucune raison de douter de son existence, de ce que
peut-estre ie voy par experience beaucoup d'autres choses, sans
pouvoir comprendre pour quelle raison ny comment Dieu les a
produites. Car, sçachant desia que ma nature est extremement foible
et limitée, et au contraire que celle de Dieu est immense, incomprehensible,
et infinie, ie n'ay plus de peine à reconnoistre qu'il y a
une infinité de choses en sa puissance, desquelles les causes surpassent
la portée de mon esprit. Et cette seule raison est suffisante
pour me persuader que tout ce genre de causes, qu'on a coustume
de tirer de la fin, n'est d'aucun usage dans les choses Physiques, ou
naturelles; car il ne me semble pas que ie puisse sans temerité
rechercher et entreprendre de découvrir les fins impenetrables de
Dieu.
Descartes Meds 44