— 107 §61 —
      (61) Et les composés symbolisent en cela avec les
simples. Car, comme tout est plein,
ce qui rend toute la matière liée, et comme dans le
plein tout mouvement fait quelque effect sur les corps distans,
à mesure de la distance, de sorte que chaque corps
est affecté non seulement par ceux qui le touchent, et se
ressent en quelque façon de tout ce qui leur arrive, mais
aussi par leur moïen se ressent de ceux qui touchent
les premiers, dont il est touché immediatement: il s'ensuit,
que cette communication va à quelque distance que ce soit.
Et par consequent tout corps se ressent de tout ce qui se
fait dans l'univers; tellement que celui qui voit tout,
pourroit lire dans chacun ce qui se fait partout et même
ce qui s'est fait ou se fera; en remarquant dans le present
ce qui est éloigné, tant selon les tems, que selon les lieux:
σὔμπνοια πάντα, disoit Hippocrate. Mais une Ame ne peut
— 109 §61 —
lire en elle-même que ce qui y est representé distinctement,
elle ne sauroit developper tout d'un coup tous ses replis,
car ils vont à l'infini.
Leibniz Mon 107-109 §61