— 321 —
      Or à cause que ces mesmes choses peuvent aussi fort aysement
estre comprises par un chascun, et sont toutes si vrayes
qu'elles ne peuvent estre mises en doute, je m'assure que,
si vous les representiez en telle sorte, qu'elles vinssent à la
connoissance de ceux à qui Dieu ayant donné le pouvoir de
commander aux peuples de la terre, a aussi donné la charge
— 322 —
et le soin de faire tous leurs efforts pour avancer le bien
du public, il n'y auroit aucun d'eux qui ne voulust contribuer
à un dessein si manifestement utile à tout le monde.
Et bien que nostre France, qui est vostre Patrie, soit un
Estat si puissant qu'il semble que vous pourriez obtenir
d'elle seule tout ce qui est requis à cet effect: toutefois, à
cause que les autres nations n'y ont pas moins d'interest
qu'elle, je m'assure que plusieurs seroient assez genereuses
pour ne luy pas ceder en cet office, et qu'il n'y en auroit
aucune qui fust si barbare que de ne vouloir point y avoir
part.
Descartes Pas 321-322