— 41 —
      Et certes on ne doit pas trouver estrange que Dieu, en me
créant, ait mis en moy cette idée pour estre comme la marque de
l'ouvrier emprainte sur son ouvrage; et il n'est pas aussi necessaire
que cette marque soit quelque chose de different de ce mesme
ouvrage. Mais de cela seul que Dieu m'a creé, il est fort croyable
qu'il m'a en quelque façon produit à son image et semblance, et
que ie conçoy cette ressemblance (dans laquelle l'idée de Dieu se
trouve contenuë) par la mesme faculté par laquelle ie me conçoy
moy-mesme; c'est à dire que, lorsque ie fais reflexion sur moy, non
seulement ie connois que ie suis une chose imparfaite, incomplete,
et dependante d'autruy, qui tend et qui aspire sans cesse à quelque
chose de meilleur et de plus grand que ie ne suis, mais ie connois
aussi, en mesme temps, que celuy duquel ie dépens, possede en soy
toutes ces grandes choses ausquelles i'aspire, et dont ie trouve en
moy les idées, non pas indefiniment et seulement en puissance,
mais qu'il en ioüit en effet, actuellement et infiniment, et ainsi
qu'il est Dieu. [>]
Descartes Meds 41