— 40 —
      Pour ce qui regarde mes parens, desquels il semble que ie tire
ma naissance, encore que tout ce que i'en ay iamais peu croire soit
veritable, cela ne fait pas toutesfois que ce soit eux qui me conservent,
ny qui m'ayent fait et produit en tant que ie suis une chose
qui pense, puisqu'ils ont seulement mis quelques dispositions dans
cette matiere, en laquelle ie iuge que moy, c'est à dire mon esprit,
lequel seul ie prens maintenant pour moy-mesme, se trouve renfermé;
et partant il ne peut y avoir icy à leur égard aucune difficulté,
mais il faut necessairement conclure que, de cela seul que
i'existe, et que l'idée d'un estre souverainement parfait (c'est à dire
de Dieu) est en moy, l' existence de Dieu est tres-evidemment demonstrée.


Descartes Meds 40