— 39 —
Il faut donc seulement
icy que ie m'interroge moy-mesme, pour sçavoir si ie possede quelque
pouvoir et quelque vertu, qui soit capable de faire en sorte que moy,
qui suis maintenant, sois encor à l'avenir: car, puisque ie ne suis
rien qu'une chose qui pense (ou du moins puisqu'il ne s'agit encor
iusques icy precisement que de cette partie-là de moy-mesme), si
une telle puissance residoit en moy, certes ie devrois à tout le moins
le penser, et en avoir connoissance; mais ie n'en ressens aucune dans
moy, et par là ie connois evidemment que ie dépens de quelque
estre different de moy.
Descartes Meds 39