— 38 —
      Et certes ie ne voy rien en tout ce que ie viens de dire, qui ne
soit tres-aisé à connoistre par la lumiere naturelle à tous ceux qui
voudront y penser soigneusement; mais lorsque ie relâche quelque
chose de mon attention, mon esprit se trouvant obscurcy et comme
aveuglé par les images des choses sensibles, ne se ressouvient pas
facilement de la raison pourquoy l'idée que i'ay d'un estre plus parfait
que le mien, doit necessairement avoir esté mise en moy par un
estre qui soit en effet plus parfait.
      C'est pourquoy ie veux icy passer outre, et considerer si moy-mesme,
qui ay cette idée de Dieu, ie pourrois estre, en cas qu'il n'y
eust point de Dieu.
Descartes Meds 38