— 101 §51 —
      (51) Mais dans les substances simples ce n'est qu'une
influence idéale d'une Monade sur l'autre, qui ne peut avoir
son effêt que par l'intervention de Dieu, en tant que dans
les idées de Dieu une Monade demande avec raison, que
Dieu en reglant les autres dès le commencement des choses,
ait égard à elle. Car, puisqu'une Monade créée ne sauroit
avoir une influence physique sur l'interieur de l'autre, ce
n'est que par ce moyen que l'une peut avoir de la dependance
de l'autre.
Leibniz Mon 101 pr. 51