— 36 —
      Et l'on ne peut pas dire que peut-estre cette idée de Dieu est materiellement
fausse, et que par consequent ie la puis tenir du neant,
c'est à dire qu'elle peut estre en moy pource que i'ay du defaut,
comme i'ay dit cy-devant des idées de la chaleur et du froid, et
d'autres choses semblables: car, au contraire, cette idée estant fort
claire et fort distincte, et contenant en soy plus de realité obiective
qu'aucune autre, il n'y en a point qui soit de soy plus vraye, ny qui
puisse estre moins soupçonnée d'erreur et de fausseté.
      L'idée, dis-je, de cét estre souverainement parfait et infiny est
entierement vraye; car, encore que peut-estre l'on puisse feindre
qu'un tel estre n'existe point, on ne peut pas feindre neantmoins que
son idée ne me represente rien de réel, comme i'ay tantost dit de
l'idée du froid.
      Cette mesme idée est aussi fort claire et fort distincte, puisque
tout ce que mon esprit conçoit clairement et distinctement de réel
et de vray, et qui contient en soy quelque perfection, est contenu et
renfermé tout entier dans cette idée.
Descartes Meds 36