— 34 —
Car, encore que i'aye
remarqué cy-devant, qu'il n'y a que dans les iugemens que se
puisse rencontrer la vraye et formelle fausseté, il se peut neantmoins
trouver dans les idées une certaine fausseté materielle, à sçavoir,
lorsqu'elles representent ce qui n'est rien comme si c'estoit quelque
chose. Par exemple, les idées que i'ay du froid et de la chaleur sont
si peu claires et si peu distinctes, que par leur moyen ie ne puis pas
discerner si le froid est seulement une privation de la chaleur, ou
la chaleur une privation du froid, ou bien si l'une et l'autre sont
des qualitez réelles, ou si elles ne le sont pas; et d'autant que, les
idées estant comme des images, il n'y en peut avoir aucune qui ne
— 35 —
nous semble representer quelque chose, s'il est vray de dire que le
froid ne soit autre chose qu'une privation de la chaleur, l'idée qui
me le represente comme quelque chose de réel et de positif, ne sera
pas mal à propos appelée fausse, et ainsi des autres semblables idées;
ausquelles certes il n'est pas necessaire que i'attribuë d'autre autheur
que moy-mesme.
Descartes Meds 34-35