— 33 —
Ie ne dois pas aussi douter qu'il ne soit necessaire
que la realité soit formellement dans les causes de mes idées,
quoy que la realité que ie considere dans ces idées soit seulement
objective, ny penser qu'il suffit que cette realité se rencontre obiectivement
dans leur(s) causes; car, tout ainsi que cette maniere d'estre
obiectivement appartient aux idées, de leur propre nature, de
mesme aussi la maniere ou la façon d'estre formellement appartient
aux causes de ces idées (à tout le moins aux premieres et principales)
de leur propre nature. Et encore qu'il puisse arriver qu'une
idée donne la naissance à une autre idée, cela ne peut pas toutesfois
estre à l'infiny, mais il faut à la fin parvenir à une premiere
idée, dont la cause soit comme un patron ou un original, dans
lequel toute la realité ou perfection soit contenuë formellement et
en effet, qui se rencontre seulement obiectivement ou par representation
dans ces idées. En sorte que la lumiere naturelle me
fait connoistre evidemment, que les idées sont en moy comme
des tableaux, ou des images, qui peuvent à la verité facilement
déchoir de la perfection des choses dont elles ont esté tirées, mais
qui ne peuvent iamais rien contenir de plus grand ou de plus
parfait.
Descartes Meds 33