— 31 —
      Mais il se presente encore une autre voye pour rechercher si,
entre les choses dont i'ay en moy les idées, il y en a quelques-unes
qui existent hors de moy. A sçavoir, si ces idées sont prises en tant
seulement que ce sont de certaines façons de penser, ie ne reconnois
entr'elles aucune difference ou inegalité, et toutes semblent
proceder de moy d'une mesme sorte; mais, les considerant comme
des images, dont les unes representent une chose et les autres une
autre, il est evident qu'elles sont fort differentes les unes des
autres. Car, en effet, celles qui me representent des substances,
— 32 —
sont sans doute quelque chose de plus, et contiennent en soy
(pour ainsi parler) plus de realité objective, c'est à dire participent
par representation à plus de degrez d'estre ou de perfection, que
celles qui me representent seulement des modes ou accidens. De
plus, celle par laquelle ie conçoy un Dieu souverain, eternel, infini,
immuable, tout connoissant, tout puissant, et Createur universel de
toutes les choses qui sont hors de luy; celle-là, dis-je, a certainement
en soy plus de realité objective, que celles par qui les
substances finies me sont representées.
Descartes Meds 31-32