— 30 —
Et ce que i'ay principalement
à faire en cét endroit, est de considerer, touchant celles qui
me semblent venir de quelques objets qui sont hors de moy,
quelles sont les raisons qui m'obligent à les croire semblables à ces
objets.
      La premiere de ces raisons est qu'il me semble que cela m'est enseigné
par la nature; et la seconde, que i'experimente en moy-mesme
que ces idées ne dépendent point de ma volonté; car souvent elles
se presentent à moy malgré moy, comme maintenant, soit que ie le
veüille, soit que ie ne le veüille pas, ie sens de la chaleur, et pour
cette cause ie me persuade que ce sentiment ou bien cette idée de la
chaleur est produite en moy par une chose differente de moy, à
sçavoir par la chaleur du feu auprés duquel ie me rencontre. Et ie
ne voy rien qui me semble plus raisonnable, que de iuger que cette
chose étrangere envoye et imprime en moy sa ressemblance plustost
qu'aucune autre chose.
Descartes Meds 30