— 28 —
      Mais lorsque ie considerois quelque chose de fort simple et de
fort facile touchant l'Arithmetique et la Geometrie, par exemple
que deux et trois ioints ensemble produisent le nombre de
cinq, et autres choses semblables, ne les concevois-je pas au moins
assez clairement pour assurer qu'elles estoient vrayes? Certes si i'ay
iugé depuis qu'on pouvoit douter de ces choses, ce n'a point esté
pour autre raison, que parce qu'il me venoit en l'esprit, que peut-estre
quelque Dieu avoit pû me donner une telle nature, que ie
me trompasse mesme touchant les choses qui me semblent les plus
manifestes. Mais toutes les fois que cette opinion cy-devant conceuë
de la souveraine puissance d'un Dieu se presente à ma pensée, ie suis
contraint d'avoüer qu'il luy est facile, s'il le veut, de faire en sorte
que ie m'abuse, mesme dans les choses que ie croy connoistre avec
une evidence tres-grande. [>]
Descartes Meds 28