— 5 —
Comme il paroist
par ces paroles de la Sagesse, chapitre I3, où il est dit que leur
ignorance n'est point pardonnable: car si leur esprit a penetré si avant
dans la connoissance des choses du monde, comment est-il possible
qu'ils n'en ayent point trouvé plus facilement le souverain Seigneur ?

Et aux Romains, chapitre premier, il est dit qu'ils sont inexcusables.
Et encore au mesme endroit, par ces paroles: Ce qui est connu de
Dieu, est manifeste dans eux
, il semble que nous soyons advertis, que
tout ce qui se peut sçavoir de Dieu peut estre monstré par des
raisons qu'il n'est pas besoin de chercher ailleurs que dans nous-
mesmes, et que nostre esprit seul est capable de nous fournir. C'est
pourquoy i'ay pensé qu'il ne seroit point hors de propos, que ie
fisse voir icy par quels moyens cela se peut faire, et quelle voye il
faut tenir, pour arriver à la connoissance de Dieu avec plus de facilité
et de certitude que nous ne connoissons les choses de ce monde.
Descartes Meds 5