— 25 —
      Cependant ie ne me sçaurois trop étonner quand ie considere
combien mon esprit a de foiblesse, et de pente qui le porte insensiblement
dans l'erreur. Car encore que sans parler ie considere tout
cela en moy-mesme, les paroles toutesfois m'arrestent, et ie suis
presque trompé par les termes du langage ordinaire; car nous disons
que nous voyons la mesme cire, si on nous la presente, et non
pas que nous iugeons que c'est la mesme, de ce qu'elle a mesme couleur
et mesme figure: d'où ie voudrois presque conclure, que l'on
connoist la cire par la vision des yeux, et non par la seule inspection
de l'esprit, si par hazard ie ne regardois d'une fenestre des hommes
qui passent dans la ruë, à la veuë desquels ie ne manque pas de dire
que ie voy des hommes, tout de mesme que ie dis que ie voy de la
cire; Et cependant que voy-je de cette fenestre, sinon des chapeaux
et des manteaux, qui peuvent couvrir des spectres ou des hommes
feints qui ne se remuent que par ressors ? Mais ie iuge que ce sont
de vrais hommes, et ainsi ie comprens, par la seule puissance de
iuger qui reside en mon esprit, ce que ie croyois voir de mes yeux.
Descartes Meds 25