— 19 —
Mais ie me suis
persuadé qu'il n'y avoit rien du tout dans le monde, qu'il n'y avoit
aucun ciel, aucune terre, aucuns esprits, ny aucuns corps; ne me
suis-ie donc pas aussi persuadé que ie n'estois point? Non certes;
i'estois sans doute, si ie me suis persuadé, ou seulement si i'ay pensé
quelque chose. Mais il y a un ie ne sçay quel trompeur tres-puissant
et tres-rusé, qui employe toute son industrie à me tromper tousiours.
Il n'y a donc point de doute que ie suis, s'il me trompe; et
qu'il me trompe tant qu'il voudra il ne sçauroit iamais faire que
ie ne sois rien, tant que ie penseray estre quelque chose. De sorte
qu'apres y avoir bien pensé, et avoir soigneusement examiné toutes
choses, enfin il faut conclure, et tenir pour constant que cette proposition:
Ie suis, i'existe, est necessairement vraye, toutes les fois que
ie la prononce, ou que ie la conçoy en mon esprit.
Descartes Meds 19