— 16 —
      Toutesfois il y a long-temps que i'ay dans mon esprit une certaine
opinion, qu'il y a un Dieu qui peut tout, et par qui i'ay esté
créé et produit tel que ie suis. Or qui me peut avoir assuré que ce
Dieu n'ait point fait qu'il n'y ait aucune terre, aucun Ciel, aucun
corps estendu, aucune figure, aucune grandeur, aucun lieu, et
que neantmoins i'aye les sentimens de toutes ces choses, et que tout
cela ne me semble point exister autrement que ie le voy ? Et
mesme, comme ie iuge quelquefois que les autres se méprennent,
mesme dans les choses qu'ils pensent sçavoir avec le plus de certitude,
il se peut faire qu'il ait voulu que ie me trompe toutes les
fois que ie fais l'addition de deux et de trois, ou que ie nombre
les costez d'un quarré, ou que ie iuge de quelque chose encore
plus facile, si l'on se peut imaginer rien de plus facile que cela.
Mais peut-estre que Dieu n'a pas voulu que ie fusse deceu de la
sorte, car il est dit souverainement bon. Toutesfois, si cela repugneroit
à sa bonté, de m'avoir fait tel que ie me trompasse tousiours,
cela sembleroit aussi luy estre aucunement contraire, de permettre
que ie me trompe quelquefois, et neantmoins ie ne puis douter qu'il
ne le permette.
Descartes Meds 16